Soutenez le PS

Adhérez au PS

(Se) sortir d’Afghanistan

L’ambiance festive des bals populaires et l’accueil de nos concitoyens à l’Ambassade de Madrid n’ont pas réussi à dissiper mon trouble : c’est une fête nationale au goût amer.

En 48 heures, la France a perdu 6 soldats en Afghanistan, ce qui porte à 70 le nombre de soldats français tombés au combat dans ce conflit qui s’enlise. Cette fois, ces soldats ont été victimes de l’attaque d’insurgés, dans une province que les troupes françaises avaient, aux dires du gouvernement, sécurisée. Ce nouvel épisode funeste nous rappelle, bien au contraire, que la situation continue à se dégrader, à quelques semaines d’un passage de témoin aux troupes afghanes, notamment dans cette zone.

En privilégiant longtemps une intervention militaire au détriment de l’aide à la reconstruction politique et économique de l’Afghanistan tout en ignorant la société civile afghane, l’OTAN et la France n’ont-elles pas favorisé une stratégie contre-productive qui voit les talibans renforcés ? Les Etats- Unis n’ont-ils pas fait un choix tactique plus pertinent en établissant les prémisses d’un dialogue avec eux ?

Le Parti socialiste—qui avait avalisé l’envoi des troupes en 2001—a demandé, depuis plusieurs années, un véritable débat au Parlement sur la nature et les objectifs de la présence militaire française dans ce pays. Il a préconisé un changement stratégique pour venir en aide concrètement à la population afghane, sans être entendu. L’annonce par Nicolas Sarkozy du retrait de 1.000 soldats français d’ici fin 2012, n’est fondée sur aucune stratégie cohérente, si ce n’est de s’aligner aveuglément sur les chiffres annoncés le grand frère américain.

Nous réitérons donc notre demande d’un changement stratégique en Afghanistan et souhaitons le retrait rapide de nos soldats et ce, sans attendre la fin de l’année 2014.
Ce drame doit aussi nous amener à débattre de la situation de notre armée : de son malaise actuel, de son avenir mais aussi de l’opportunité ratée d’installer une véritable défense européenne et surtout de poser la question suivante : la France a-t-elle encore les moyens de ses ambitions militaires, notamment à mener plusieurs conflits de front ? Nos difficultés en Libye nous laissent penser que non.

Arnaud LEROY
Secrétaire de la section de Lisbonne / Portugal
Candidat du PS aux élections législatives sur la 5ème circonscriptions des Français de l’étranger

www.arnaudleroy2012.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.